La nouvelle approche géostratégique du Gabon affaiblit davantage l’influence de la France sur nos terres.

La volonté du gouvernement gabonais de diversifier ses partenaires et de sortir du vieux schéma Franco- Gabonais est de plus en plus visible. Mais cette dynamique d’auto-détermination impacte naturellement les intérêts français. C’est l’approche de la journaliste et écrivaine française Abnousse Shalmani sur le plateau de LCI.

Depuis que Libreville s’est prononcée sur sa volonté d’intégrer le Commonwealth, Paris voit flou. Le dialogue entre les deux partenaires se fait rare. Il faut dire que Paris n’est pas habituée à ce que les pays qu’elle considère comme faisant partie de son pré- carré adoptent une démarche autonome.

C’est le 11 mai que le chef de l’Etat gabonais a rencontré à Londres la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland en vue de l’ intégration de cette organisation dans un avenir proche.

«Cette volonté commune pourrait se concrétiser dès le prochain Sommet du Commonwealth à Kigali» a annoncé le Président Ali Bongo Ondimba.

Rencontre entre Le Président Ali Bongo Ondimba et Patricia Scotland.

Voici donc une manœuvre à haut risque qui peut causer des ennuis au Gabon, car Paris reste très attachée à ses anciennes colonies, surtout au moment où le gouvernement français peine à gérer la crise sociale qui bouscule la France.

La journaliste et écrivaine française Abnousse Shalmani a exprimé sans langue de bois les raisons de la volonté manifeste de Libreville de diversifier ses partenariats.

« La réussite économique fulgurante du Rwanda est due aussi au dynamisme anglosaxon. C’est l’ouverture de nouveaux débouchés. Il suffit de regarder la carte, les pays du Commonwealth sont beaucoup plus dynamiques économiquement que les anciennes colonies françaises. C’est une réalité. Vous pouvez faire des tours et des tours, c’est une réalité. » a-t- elle déclaré, avant de rebondir en disant: « le Gabon est lassé, est lassé de l’attitude moralisatrice de la France, qui s’oppose comme ça, en disant: ça c’est bien, ça c’est mal. Prenez le cas du covid. La France n’a pas envoyé une dose. Ce sont les chinois qui ont envoyé des doses. La France moralisatrice, mais incapable d’envoyer des vaccins. Je vais vous dire une chose: La France ne regarde plus l’avenir de l’Afrique. Qu’ elle est engluée dans le passé colonial.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *