Centrafrique: Arrestation d’un mercenaire français à Bangui.

Le Centrafrique sort de plusieurs années d’une guerre de déstabilisation que certains médias occidentaux ont vite fait de qualifier de guerre de religion ou guerre ethnique. Fortes de leurs nouveaux alliés, les nouvelles autorités centrafricaines luttent pour retrouver une vie normale, mais c’est sans compter sur les ambitions françaises.

Connu des autorités centrafricaines pour avoir travaillé auprès de l’ancien président François Bozizé, les activités de Juan Rémy Quignolot n’ont certainement pas surpris la police banguissoise qui suivait ses mouvements suspects depuis un certain moment.

Son interpellation ce lundi 13 mai s’est effectuée aux alentours de 13h dans l’avenue Boganda à bord d’un véhicule de marque Toyota Rav4. Selon la police, le mercenaire était en possession « d’ armes à feu et de plusieurs caméras d’espionnage Gopro« . Mais c’est la perquisition à son domicile qui va révéler tout son arsenal de guerre.

Pour Eric Didier Tambo, procureur général près la cour d’appel de Bangui, Juan Rémy Quignolot, né en 1966 à Tunis comme l’indique les éléments d’information de son passeport « est un monsieur qui était suivi par la police. Et la police a demandé au parquet d’ordonner une perquisition à son domicile« .

Quignolot avait l’habitude de se rendre également sur le terrain trouble du Mali. Robert Denard, dit « Bob Denard », mercenaire légendaire qui a renversé plus d’un gouvernement africain avec la complicité des divers gouvernements français serait bien fier de lui.

L’arrestation de ce terroriste a été confirmée par le conseil à la sécurité du président Faustin Touadéra, Valery Zakharov.

« Un citoyen étranger a été arrêté à Bangui aujourd’hui avec une énorme quantité d’armes et de munitions. Une enquête est en cours et les circonstances sont à clarifier », a annoncé dans un tweet le russe Valery Zakharov.

Dans les effets de l’ancien instructeur de l’armée centrafricaine, la police a retrouvé, plusieurs armes de précision, des milliers de munitions, des jumelles, beaucoup de devises étrangères, des chaussures rangers, fusils mitrailleurs, des lampes électriques, des sacs de couchages (certainement pour survivre dans la forêt), un ordinateur et des disques durs, une quarantaine de téléphones, des gilets pare- balles et bien d’autres effets.

Matériel retrouvé au domicile du terroriste français.

Selon le procureur général Eric Tambo «  Il semble qu’en 2013, il faisait partie des encadreurs de la Séléka. Il était là avec Bernard Cousin et Renautau. Ce Renauteau en 2019, c’étaient eux qui activaient les extrémistes de km5 (pk5) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *