Covid-19: le Gle du Mapane demande plus de transparence sur l’origine géographique des cas positifs

Au lendemain de la conférence de presse de la coordination technique du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil) axée sur l’état des lieux de la riposte sanitaire contre, des réactions au sein de l’opinion ne se sont pas fait attendre. Dans une déclaration rendue publique ce mercredi 13 mai 2020 le Président du Rassemblement des Jeunes Patriotes Gabonais (RJPG) Gaël Koumba Ayouné tout en fustigeant la faiblesse des tests pratiqués jusqu’à présent sollicité également la transparence sur l’origine géographique des cas positifs pour une prise de décision plus adaptée dans la riposte.

Si lors de sa déclaration du 17 avril 2020, le leader du RPJG avait appelé à la mise en oeuvre des tests groupés afin “d’augmenter considérablement les capacités de dépistage”, Gaël Koumba Ayouné a fustigé l’insuffisance de tests pratiqués au Gabon, soit seulement un total de 5 530 tests pratiqués deux mois après la détection du patient zéro dans le pays. De quoi remettre en cause, le dépistage massif annoncé par le gouvernement. 

Dans le même ordre d’idées, le Général du mapane s’est interrogé sur la cacophonie observée sur la capacité quotidienne de dépistage et des moyens mis en oeuvre dans la lutte contre la propagation de la pandémie de Covid-19. Entre « le premier ministre qui a annoncé un objectif de 1 000 à 2 000 tests par jour et le Copil qui a révisé ses chiffres en annonçant une capacité actuelle de 700 tests par jour et un objectif de 5 000 à 10 000 tests par jour », ce soutien du président Ali Bongo Ondimba s’est étonné de la faiblesse du nombre de tests pratiqués. 

Le Président du Rassemblement des Jeunes Patriotes Gabonais a également appelé à plus de transparence sur l’origine géographique des cas positifs, quartier par quartier. « Il est essentiel de faire un vrai état des lieux de la distribution et de la prévalence du virus, notamment à Libreville. Quels sont les quartiers touchés ? Où sont les clusters de propagation du virus dans les marchés ou les administrations ? Sans ces données, le Gabon se bat dans l’obscurité avec un ennemi invisible », a relevé Gaël Koumba Ayouné. 

Par ailleurs, le Général du mapane a tenu à appeler à « la création des unités de prélèvement mobiles pour aller au contact des populations dans les quartiers, les marchés, les casernes, les administrations, afin d’augmenter le nombre de personnes touchées par le dépistage ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *