Attribution des blocs pétroliers : Le Gouvernement reporte la date de clôture

Le jeudi 23 avril dernier, le ministre en charge du pétrole, Vincent de Paul Massassa, a annoncé le report de la clôture de la soumission des offres du douzième appel d’offres pour l’attribution de 35 blocs pétroliers. Cette décision étant liée à la Pandémie du Coronavirus, une nouvelle date sera communiquée « lorsque les conditions sanitaires permettront une reprise normale des activités ».

Dans un communiqué publié ledit jour, le ministre du Pétrole a indiqué que « l’Etat gabonais a lancé le 7 novembre 2018 à Cape Town, en Afrique du Sud, le 12ème appel d’offres pour l’attribution de 35 blocs pétroliers de son bassin sédimentaire. Le déroulement de cet événement dont la date limite de soumission des offres a été fixée au 30 avril 2020, est confronté à la crise mondiale actuelle liée à la pandémie de covid – 19. Ainsi, à l’instar des autres pays, le Gabon a pris des mesures de confinement pour lutter contre la propagation du covid – 19 », a indiqué le ministre du Pétrole ; avant d’ajouter qu’ « au regard de ce qui précède, j’informe l’ensemble des sociétés pétrolières nationales et internationales que la date de clôture de la soumission des offres est reportée à une date ultérieure ». Le Gouvernement communiquera une nouvelle date « lorsque les conditions sanitaires permettront une reprise normale des activités ».

Un nouveau report 

En effet, ce n’est pas la première fois que le Gabon reporte la clôture de la soumission des offres du 12ème appel d’offres. Ce fut déjà le cas en janvier dernier. En effet, dans un communiqué diffusé tard dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 janvier dernier, le Gouvernement avait annoncé le report, pour le 30 avril prochain, de la clôture du 12ème appel d’offres. A l’époque, la raison évoquée était le fait que « les sociétés intéressées par cet appel d’offres ont sollicité le report de la date de clôture de soumission des offres initialement prévue le 10 janvier 2020 », arguant l’idée selon laquelle les entreprises voulaient « disposer de plus de temps en vue de la prise de décision sur les blocs d’intérêt, analyser les contrats types, se conformer aux exigences du cahier de charges et des critères d’évaluation ». Le Gouvernement s’était ainsi montré sensible aux sollicitations de ces compagnies et à l’engouement suscité pour le bassin sédimentaire gabonais, et avait donc décidé de reporter la date. Première source de devises du pays, le secteur pétrolier finance, à lui tout seul, 60% du budget de l’Etat gabonais. Cependant, malgré des découvertes récentes, sur la licence Dussafu de BW Offshore ou la licence Etame Sud Est de l’Américain Vaalco, la production est en déclin depuis 1997. C’est pourquoi Libreville cherche à attirer de nouveaux investisseurs en vue de booster ce qui semble s’essouffler. Les projections à plus long terme du taux de croissance du PIB annuel du pays sont estimées à 2% en 2021 et à 3,2% en 2022 en supposant que la pandémie mondiale en cours soit maîtrisée plus tard cette année. Un retour à la normale est vivement souhaité !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *